jean-yves.leloup@orange.fr
default logo

« La colère est un état d’aliénation où l’on ne se possède pas soi-même »

Tenir ensemble la méditation et l’action en cultivant la douceur qui ramène au présent, tels sont les conseils de l’écrivain orthodoxe Jean-Yves Leloup, un sage de notre temps, qui a médité les Écritures toute sa vie.

Interview Aurélie Godefroy

Publié le 13/01/2021

illustration

 

Comment peut-on transformer la violence, la dépression, et effectuer un retournement spirituel ?

Il faut commencer par ce qui nous fait le plus de mal et ce qui nous cause le plus de difficulté – la colère, la tristesse, la vanité – et essayer de voir ce qu’il y a derrière. La métanoïa, c’est ce retournement : on ne peut se transformer qu’à partir de l’intérieur. Il faut prendre conscience que, en réalité, ce ne sont pas les choses que l’on connaît, mais notre expérience des choses, la perception que nous en avons, sur lesquelles il nous faut travailler.

Comment analysez-vous cette crise et ce qu’il en ressort au point de vue émotionnel ?

Il s’agit de trouver en soi-même ce qui est libre. Lorsque l’on évoque la métanoïa, il s’agit de faire un pas de plus, au-delà des émotions. Il ne faut pas être dans le déni ni dans le refus, se laisser identifier ni emporter par elles. C’est important pour cela de se reconnecter à soi-même, de contacter un point de silence, de calme à partir duquel on regarde à nouveau.

logoLaCroix
VOIR SITE