jean-yves.leloup@orange.fr
default logo
Date:mai 2018

Les dits de la femme qui brûle

Marguerite Porete est née entre 1250 et 1260, sans doute à Valenciennes. La date et le lieu de sa mort sont plus précis :

Marguerite fut brûlée vive le 1er juin 1310 à Paris, place de Grève, par la « Sainte inquisition ».

 Qu’avait-elle fait pour mériter un tel sort ? Écrire un livre sublime sur la plus haute mystique chrétienne : Le miroir des âmes simples et anéanties, condamné pour hérésie.

 Elle sera brûlée, mais son livre exercera une profonde influence sur la spiritualité du Moyen Âge, notamment sur Maître Eckhart le plus grand mystique chrétien de l’histoire.

Eckhart, à n’en pas douter, a lu le livre de Marguerite Porete, et sans qu’elle soit jamais citée, il reprendra parfois mot pour mot quelques-uns de ses écrits pour tenter de dire l’ineffable de l’expérience qu’il partage avec elle, dans le fond sans fond de son être.

Editions Almora, 2018