jean-yves.leloup@orange.fr
default logo

L’homme est-il fini ou pas fini ?

Quel type d’homme préférons-nous ?

 

Un homme « qui n’est pas fini », sans cesse en devenir, ouvert aux événements, non enfermé ou fixé dans ses certitudes, à l’écoute d’une vérité qui est celle de la Vie toujours une, immuable et changeante ?

Ou, un homme fini, tourné vers le passé, enfermé dans ses mémoires dont il attend la répétition et la sauvegarde ; un homme fini, sclérosé dans ses à priori et sa haine de toute ouverture et de toute nouveauté !

 Quelle culture préférons-nous ?

Celle de la haine, qui engendre la peur de l’autre, la violence à son égard et la destruction pour tous ?

Ou, la culture de la conscience, si on n’ose pas encore parler de celle de l’amour, qui engendre la patience et le respect à l’égard de l’autre, l’écoute de ses différences et c’est un tel enrichissement mutuel qui est à l’origine de toute civilisation ?

Nos débats politiques posent aujourd’hui ces questions avec force et manquent parfois de nuances. La sagesse serait-elle de reconnaître le droit d’exister et quelques qualités à ceux qu’on considère comme des ennemis ?

Comme pour la terre et le climat, nos choix d’aujourd’hui font le monde de demain. C’est une banalité de le dire, nous avons besoin de courage, de grâce et de noblesse, pour les vivre.

 

 

 Jean-Yves Leloup décembre 2021