jean-yves.leloup@orange.fr
default logo

L’Être oublié

Après n’avoir vu en toute chose, que hasard et nécessité, chance ou malheur, méchanceté et injustice ou insignifiante beauté…

J’ai choisi de ne voir, en tout événement et en toutes choses que l’amour qui est notre bienheureuse essence.

De l’amour glorieux, diffusif de lui-même ou de l’amour blessé, refoulé, crucifié…

Les mots ne manquent pas pour dire les souffrances que nous faisons subir à l’amour.

S’il n’est pas notre essence, c’est ce que nous désirons le plus, et ce que nous redoutons le plus.
Ce qui nous manque infiniment et ce qui nous comble, nous accomplit, nous déborde infiniment.

Plus nous voyons l’amour, défiguré, abîmé dans le monde, plus nous devrions l’aimer, comme le visage de notre enfant maltraité par la violence d’un pervers ou d’un inévitable accident.

L’Amour/Agapè, l’Être oublié, au cœur de tous les dieux, de tous les êtres, n’attendent et ne demandent qu’à être aimés.

Le reconnaître et l’aimer en toute chose, est un choix qui conduit à une paix plus haute que le bonheur.

 

 

ACCÉDER AUX GRAINES DE CONSCIENCE