jean-yves.leloup@orange.fr
default logo

L’apocalypse est exactement le contraire d’une catastrophe…

espace-tableau9retFig. 6 : Saint Michel terrassant le dragon_T. à T. : Jean-Luc Leguay, comment avez-vous vécu de l’intérieur le fait d’enluminer le Livre de l’Apocalypse ?

J.-L. L.: Comme une recette de cuisine, un véritable guide pour arriver à traverser ce que nous sommes. Je ressens profondément ce que dit Jean-Yves: il y a tous les ingrédients pour réussir a faire descendre cette cité sainte en nous.C`est architecture d’une façon extraordinaire. Saint Michel terrasse le dragon [Fig. 6]. Tout, ensuite, bascule, et toutes les horreurs qui ont eu lieu sont comme des pierres sur le chemin, qui vont devenir des pierres de construction. Il ne s’agit pas de les écraser mais d’en faire quelque chose, de reconnaître tout ce que nous avons en nous. Dés lors, on participe de cette montée vertigineuse vers la lumière. Chaque page, pour moi, a été une véritable trouée dans l’univers, un bonheur incroyable. Ce livre a été LE livre.

_

T. à T. : Vous parliez, Jean-Yves Leloup, de l’Agneau, comme d’une force invincible, celle de |’humble Amour, et pourtant cet Agneau est un Agneau égorgé. On y voit une image violente, davantage une représentation de mort que de vie, non?J.-Y. L.: L’Agneau est égorgé ET debout [Fig. 7]. Ce n’est pas un mouton couché, c’est un agneau égorgé. L’Amour n’est pas aimé, c’est la vulnérabilité même, mais en même temps, il se tient debout.

aa  espace-tableau9 ret7Fig. 7 : L’Agneau sur le mont Sion 

C’est une image complexe qui tient ensemble l’extrême vulnérabilité et l’invincibilité. La seule chose qui soit plus forte que la mort, c’est l’Amour, et rien de ce qu’on a donné, de ce qu’on a offert, de ce qu’on a rendu sacré, rien de tout cela n’est perdu. C’est la le sens du sacrifice. La seule chose qui ne sera pas enlevée, c’est ce qu’on aura donné. L’Agneau symbolise la puissance du don, la puissance du don de l’Etre. C’est une vraie question: qui l’emportera ? L’Amour ou la mort ? Cette image de l’Agneau nous rappelle que la mort nous blesse, les puissances de mort, de refus, la bêtise… tous ces dragons blessent en nous la pureté, l’innocence, le don, mais on ne peut rien contre quelqu’un qui se donne: c’est déjà ressusciter. C’est pour cela que I’Agneau égorge est debout.

_T. à T. : Jean-Luc Leguay, toutes vos couleurs proviennent d’éléments naturels qui ont été « détruits ›› pour renaître sous une autre forme. De même vous peignez sur des peaux d’agneau, et j’imagine que ce n’est pas anodin. On pourrait parler, là encore, d’« accouchement du nouveau dans le corps douloureux de |’ancien ››. Bart de l’enluminure affirme-t-il, lui aussi, que « I’Amour est plus fort que la mort ››?

J.-L. L.: Peindre sur des peaux d’agneau est un symbole fort parce que c’est de l’agneau sacrifié que va naître l’image, « sans ce sacrifice, il n’y a pas d’écriture, pas de livre ››, disait mon maître franciscain, donc pas de révélation.