jean-yves.leloup@orange.fr
default logo

L’apocalypse est exactement le contraire d’une catastrophe…

espace-tableau
d’un philosophe grec « rationaliste ››, celle d’un «voyant››, nabi en hébreu, prophètes en grec. ll décrit ce qu’il voit et ce qu’il voit apparaît dans la simultanéité d’un présent intemporel où le passé et le futur semblent se télescoper, où les événements anciens comme ce qui doit venir lui apparaissent au même moment, dans l’instant de sa vision.
_T. à T. : Quelle peut être, selon vous, la portée de ce texte aujourd’hui ?J.-Y. L. 2 Vingt siècles plus tard, il nous parle encore. C`est |’histoire du combat entre l’injustice et les justes, entre l’innocence et le mal. C`est l’histoire de la mise à mort de tout homme. Ce texte nous dit que si les dictateurs sont toujours là, la force, la patience et la foi dans les triomphes de l’humble amour le sont aussi. »le-cavalier-catastropheret
Fig.1 : Le Cavalier au cheval blanc et son armée, Apocalypse

La fonction des catastrophes, c’est de nous rendre présents…_ T. à T. : Jean évoque un certain nombre de catastrophes dans son Apocalypse. Je citerai ce passage : «  Et je vois : / quand il ouvre le sixième sceau / il se fait un violent tremblement de terre / le soleil devient noir comme une étoffe de crin / et la lune devient tout entière comme du sang / Les astres du ciel tombent sur la terre / comme les fruits verts d`un figuier battu par la tempête / le ciel se retire comme un livre qu’on roule /toutes les montagnes et les îles sont déracinées / Les rois de la terre, les puissants, les enrichis, les chefs de guerre, les influents, tous, esclaves ou libres / se cachent dans les cavernes et dans les rochers des montagnes/ Ils disent aux montagnes et aux rochers: « Tombez sur nous et cachez-nous / loin de la face de Celui qui siège sur le trône / et loin de la colère de l’Agneau, car il arrive le grand jour de la colère; qui pourra y échappe7 ? « ›› 
aa
J.-Y. L.: Quand on parle d’apocalypse aujourd’hui, on évoque un certain nombre d`événements ou de menaces qui sont déjà arrivés ou qui vont arriver « bientôt ››: menaces terroristes, économiques, écologiques, tempêtes solaires, éruptions de volcans, inversion magnétique des pôles, épuisement des ressources de la planète… sans parler des corruptions au niveau éthique, politique, financier, etc. ll est vrai qu’on assiste aujourd’hui a une dégradation accélérée de différents plans du réel, ce qui fait dire à certains, dont de rigoureux scientifiques tels qu’Hubert Reeves ou Albert Jacquard, qu’une « fin ›› est inéluctable et proche et que nous traversons une « crise » que notre planète et notre humanité n’ont jamais connue auparavant. Cette fin du monde a déjà été annoncée de nombreuses fois au cours de notre histoire: la famine de 1033 qui a coïncidé avec les mille ans de la mort du Christ, par exemple, ou bien le retour imminent de la comète de Halley, en 1910, qui a créé la panique dans le monde entier (on avait annoncé qu’elle allait frôler la Terre, on parlait d’un gaz toxique, le cyanogéne, dans sa queue). Le jour dit, la comète fut à peine visible dans le ciel. De même on avait tout prédit pour le passage au troisième millénaire: des pannes informatiques monstres qui entraîneraient le chaos économique et même une guerre nucléaire du fait de la défaillance des systèmes d’alerte. Le plus sage est peut-être de nous rappeler la parole de l’Évangile: « Nous ne connaissons ni le jour ni l’heure et aucun ange ne peut nous le révéler, pas même le Fils – seul le Père ; et le Père est silence” ››. C`est vrai qu’il y a des choses qui s’effondrent. Cependant l’Apocalypse n’est pas seulement un catalogue de catastrophes, de cataclysmes au niveau cosmique ou personnel, c’est aussi la révélation de ce qui se passe quand tout s’est effondré, la révélation de ce qui reste quand il ne reste plus rien. L’Apocalypse est exactement le contraire d’une catastrophe. Tout s’effondre, sauf la Vie.
7. l’Apocalypse de Jean, 6, 12-1 ‘Z op. cit.8. Évangile de Matthieu, 24, 36.