jean-yves.leloup@orange.fr
default logo

L’apocalypse est exactement le contraire d’une catastrophe…

 

catastrophes ret

 

 

L’Apocalypse

                    est exactement le contraire

     d’une catastrophe.

Tout s’effondre, sauf la Vie.

 ENTRETIEN CROISÉ AVEC JEAN-LUC LEGUAY ET JEAN-YVES LELOUP

 

C’est d’une époque troublée (la mise à mort de Jésus puis la persécution des chrétiens par l’empereur Domitien dans les années 90-96 de notre ère) que témoigne l’apôtre Jean, réfugié à Patmos où il sera traversé par des songes qu’il prophétise dans l’Apocalypse, songes reliés à la fois aux horreurs de son époque et à l’effondrement de son être intérieur.

 

Que nous dit ce texte aujourd’hui?

Pour le prêtre orthodoxe Jean-Yves Leloup, auteur de nombreux commentaires et traductions de textes sacrés dont le tout récent L’Apocalypse de Jean, il s’agit avant tout d’un message de « révélation « ,  » qui nous invite à un regard qui ne soit ni effrayé, ni résigné face aux événements2 « , un message que l’enlumineur Jean-Luc Leguay a « mis en lumière » au passage du troisième millénaire3, dans un art qui agit lui-même comme une » révélation « . Ces deux » accoucheurs de lumière » se sont rencontrés au monastère orthodoxe Saint-Michel du Var où officie Jean-Yves Leloup, le 19 juillet 2012, autour de l’Apocalypse de saint Jean, qu’ils appréhendent tous deux comme un texte rayonnant dans l’évocation même de la catastrophe.

 

1. L’Apocalypse de Jean, Éditions Albin Michel, 2011. Docteur en psychologie et en théologie, spécialiste de patristique comparée, Jean-Yves Leloup a également traduit et commenté l’Évangile de Jean, l’Évangile de Thomas, l’Évangile de Marie, et écrit des essais où il analyse les différentes manifestations de l’amour (Tout est pur pour celui qui est pur) ainsi que la place du féminin dans le sacré au travers de la figure de Marie-Madeleine (Une Femme innombrable).

2. /bid., p. 14.

3. Le Livre de l’Apocalypse, Éditions Ipomée -Albin Michel, 1999. Chorégraphe et directeur de danse dans des compagnies de renom, Jean-Luc Leguay a d’abord créé des ballets pour des étoiles internationales et organisé des spectacles sur les plus grandes scènes européennes avant que sa vie ne bascule en ouvrant un antique manuscrit ancien. Il décide de suivre la voie monastique des maîtres enlumineurs, initié pendant dix ans par un moine franciscain, initiation dont il fait le récit dans Le Maître de lumière et Le Tracé du Maître. Il a enluminé Perce Valle Gallois, La Divine Comédie, ainsi que des ouvrages ésotériques.