jean-yves.leloup@orange.fr
default logo

Invitation au lancement de l’Intercontinentale des consciences

logoINTERmail

Nous sommes très heureux de vous inviter aujourd’hui à la naissance de l’Intercontinentale des consciences, un projet né de la rencontre entre Jean-Yves Leloup et le Sésame. Vous pouvez nous rejoindre dans cette Intercontinentale aspirant à rassembler, sans frontières de nationalité ni de convictions, les méditantes et méditants engagés qui partagent une conviction aussi simple que fondamentale :
“Seul un approfondissement de conscience personnel et collectif nous permettra de réparer ensemble le tissu déchiré du monde”.

-Si vous le souhaitez, n’hésitez pas à vous inscrire sur notre carte interactive :


VOIR LA CARTE
 

Vidéo de présentation :

image-video-sesame

Nous espérons vous retrouver dans ce réseau naissant.

L’équipe du Sésame et de l’Intercontinentale des consciences.

Pour plus d’informations ou poser vos questions : contact@intercontinentale-des-consciences.eu

 __________________________________________________________

Réseau Intercontinentale des consciences

J’aime beaucoup ce proverbe qui dit :

« on entend le bruit des chênes que l’on abat, on n’entend pas le bruit de la forêt qui pousse. »

 L’Intercontinentale des consciences est pour moi « cette forêt qui pousse », qui pousse depuis bien longtemps,[1] cette forêt de veilleurs et de silencieux qui, par la méditation ou par une autre pratique de la conscience exercée, font ce que font les arbres par la photosynthèse : ceux-ci transforment le gaz carbonique en air respirable…

Les méditants engagés, l’Intercontinentale des consciences, par la pratique de la « kardiosynthèse » c’est-à-dire l’apaisement des pensées troubles et maléfiques, dans le silence et la lumière du cœur, peut transformer en air vif l’atmosphère polluée de haine et d’envie qui rend notre monde de plus en plus irrespirable.

Cela ne fait pas de bruit mais c’est d’une efficacité incroyable : l’efficacité silencieuse des arbres qui communiquent par ce réseau souterrain et invisible qu’est le mycélium.

La forêt humaine et ses veilleurs silencieux et solitaires communiquent eux aussi par un réseau intime et invisible d’ondes,

 réseau d’intentions et d’informations lumineuses qui garde l’univers dans la saveur de l’Un et le goût de l’Autre, ni fusion, ni séparation, ni syncrétisme, ni sectarisme, mais « Alliance » toujours nouvelle de ceux qui boivent à la Source jaillissante

« de l’Amour qui fait tourner la terre, le cœur humain et les autres étoiles. »

 

Jean Yves Leloup

 

[1] Il faudrait citer ici Kaled Bentounès, Pierre Rabhi, Alain et Evelyne Chevillat et leurs amis qui œuvrent dans ce sens et bien d’autres…

 

A l’origine de l’Intercontinentale des consciences