jean-yves.leloup@orange.fr
default logo

« Celui qui se sert des armes, périra par les armes »

 

Qui est le plus à plaindre, l’agresseur ou l’agressé ?

Celui qui tue ou qui est tué ?

Le bourreau ou la victime ?

Questions insupportables, dont on pense connaître la réponse, avant de l’avoir éprouvée.

- Celui qui donne sa vie, on ne peut plus la lui prendre.

Celui qui s’accroche à sa vie, sa vie lui sera arrachée.

Évidences insupportables, dont on pense connaître la vérité avant de l’avoir éprouvée en soi-même.

- Celui qui se sert des armes périra par les armes, « celui que se sert de l’épée périra par l’épée ».

Ce n’est pas seulement une parole d’Évangile, c’est la loi de la cause et de l’effet, c’est l’évidence de la vie et de la guerre.

Cela, de nouveau, il faut l’avoir éprouvé en soi-même.

- « Pardonne-leur, ils ne savent pas ce qu’ils font »

Qui peut parler ainsi ?

C’est évident, devant tant de violences absurdes, ils ne savent pas ce qu’ils font ni ce qu’ils sont.

- Moi-même est-ce que je sais ce que je fais et ce que je suis ?

Puis-je me pardonner d’être ainsi ?

Que devient ma violence, ma prétention d’avoir raison, d’être dans « mon droit », quand je me regarde en face, sans complaisance ?

- Ce que nous connaissons du Réel, ce n’est pas ce que les autres nous en disent : informations, réseaux, opinions, ou enquêtes contradictoires…, c’est ce que nous sommes. C’est à travers ce que nous sommes que nous pouvons connaître toutes choses. Mais celui-ci qui connaît, qui juge, qui affirme, le connaissons–nous ?

Il serait pourtant intéressant et urgent de l’observer avec conscience et patience (cet autre nom de l’amour), tout ce que nous prétendons savoir ou connaître en serait changé…

À vérifier …

 Crédit photo : ©Catherine Arto