jean-yves.leloup@orange.fr
default logo
Date:janvier 2015

Une danse immobile

Une danse immobile

Roman : Une danse immobile

« Assieds-toi et Danse »
C’est à Hollywood que Jean-Yves Leloup écrivit ce texte-scenario.
On y retrouve à travers l’histoire d’un amour possible-impossible, entre un homme qui médite immobile et une femme qui ne peut s’empêcher de danser les thèmes et les interrogations qui habitent son oeuvre :
La Source de tout ce qui est là présent, est-elle acte pur, présence immobile ? ou danse innée, mouvement incessant ?
Les deux peut-être? et au-delà des deux?
La rencontre amoureuse est-ce la rencontre du Même, de l’Un partagé? Ou est-ce la rencontre de l’Autre irréductible?
Qui pose ce genre de question? Qui s’assied? Qui danse?
Mais il ne s’agit pas dans ce roman de faire de la métaphysique, plutôt de tenter de vivre, d’apprendre à aimer…
De s’assoir ensemble et de danser.
Un récit, violent parfois, très visuel, un film de vie…

Une histoire d’amour improbable et d’éveil partagé, entre immobilité et mouvement, entre silence et univers sonore, entre intériorisation et extériorisation portées au-delà de toutes limites.

« Au point repos du monde qui tourne, ni chair, ni privation de la chair,

ni venant de, ni allant vers…

Un point repos, là est la danse, mais ni arrêt, ni mouvement,

ne l’appelez pas fixité,

passé et futur s’y marient.

Non pas mouvement de ou vers.

Non pas ascension ou déclin.

N’était le point, le point repos,

là, où il n’y aurait nulle danse,

là, il n’y a que danse ».

The still point -T. S. Eliot – Quatre quatuors.

« The still point », avec T. S. Eliot, André Breton, Maître Eckhart, Nicolas de Cues… C’est ce point que nous cherchons, ce lieu en nous-même où coïncident les contraires, où s’harmonisent les opposés :

le mouvement et l’immobilité, mais aussi la chair et l’esprit, l’homme et la femme, l’un et le multiple, notre vie finie qui danse avec la Vie infinie, vague contre vague, souffle dans le Souffle, « the still point », cette ouverture dans le cœur, ce silence qui se reçoit d’un plus vaste et plus haut Silence, cette danse du centre, noble aventure à laquelle nous sommes tous conviés.